Translate

vendredi 23 décembre 2011

Socrate le sage

Proverbe chinois: «Plus tu avanceras dans la connaissance plus il faudra te taire !»

(Vitement le jour où je taierai ce blog...)_  :-)

« Un homme accourut un jour vers SOCRATE le sage :
— II faut absolument que je te raconte, dit-il, visiblement excité, n’aurais-tu jamais cru cela ? Tu sais, ton ami...
— Arrête ! L'interrompt SOCRATE, as-tu passé ce que tu désires si ardemment me communiquer par les trois passoires ?
— Que veux-tu dire ?
— La première passoire est celle de la vérité : ce que tu as à me dire, est-ce absolument vrai ?
— Je le pense, reprit l'autre, mais enfin, je ne l'ai pas vu de mes propres yeux, c'est une de mes relations, qui me l'a confié sous le sceau du secret que...
— Silence. La deuxième passoire, interrompt à nouveau SOCRATE, c’est celle de la bonté.
Ce que tu vas me dire, est-ce une chose bonne ? Parles-tu en bien de mon ami ?
— Pas précisément, plutôt le contraire.
— Alors passons donc à la troisième passoire. Elle est celle de la nécessité. Est-il absolument indispensable que je sache ce qui semble te mettre en un tel émoi ?
— Indispensable ? Non, pas tout à fait... mais enfin, je pensais...
— Eh bien, mon jeune ami, si ce que tu as à me dire n'est ni indispensable, ni charitable, ni incontestablement vrai, pourquoi alors le colporter ? Efface-le de ta mémoire et discutons sur des propos plus charmants ».

Re:http://yves-philippe-de-francqueville.blog4ever.com/blog/lire-article-449205-2404721-yves_de_francqueville_justice_et_philanalyse.html

___________________________________________________________________________________

Historiquement cette histoire n'est peut-être pas vraie. Mais elle a le mérite de susciter une réflexion dans le brouhaha quotidien du temps des fêtes qui pourrait avoir le mérite de remettre nos valeurs à leur juste place en cette période particulière de l'année.

mercredi 21 décembre 2011

lundi 12 décembre 2011

Conte de Noël


C'est un texte, en continu, déjà commencé il y a trois ans maintenant, mais que je tarde à finir, je ne sais trop pourquoi (j’attends l'inspiration, peut-être) et qui raconte certains souvenirs de mon enfance durant le temps des fêtes. Un texte, style conte de Noël, que je souhaite laisser à ma postérité, genre...




« Clinc, keclinc, clinc, keclinc… » Le bras dans les airs, je brassais la cloche de larges coups saccadés. Cette semaine c’est moi qui a été choisi pour signaler la fin des cours. Privilège s’il en est un, j’éprouvais une certaine fierté d’avoir la responsabilité de sonner la fin des classes. En temps normal, je prenais mon temps pour savourer ce moment attendu avec impatience. Mais aujourd’hui c’est un jour spécial. Rapidement je retournai à mon pupitre pour ramasser mes livres, cahiers et crayons que je m’empressai de fourrer dans mon sac d’école. Sans trop tarder et très excité, dans la cohue du départ pour le congé des fêtes, j’ai rejoint mes camarades, dans le corridor, qui s’emmitouflaient déjà dans leurs manteaux d’hiver. Manteaux, mitaines, tuques et bottes virevoltaient et s’enfilaient rapidement à travers les bousculades et les rires dans le chahut, qui pour une fois étaient tolérés par notre enseignante. On voyait bien que pour la forme, mademoiselle Villiard tapait des mains en répétant, à qui voulait l’entendre, de baisser le ton. Mais son regard complice et son sourire complice aux lèvres en disaient long. On devinait qu’on pouvait transgresser la loi du silence, habituellement de mise en pareille circonstance. Enfin, ce moment tant espéré est arrivé : le long congé des fêtes de Noël, du Jour de l’an et de l’Épiphanie. Je précise l’Épiphanie, car dans ces années-là, il était toujours d’usage et de plaisirs avoués, de festoyer le 6 janvier de chaque année pour souligner l’évènement de la quête des rois mages.
D’un pas pressé, quoique gênés par nos habits d’hiver et notre sac à dos en bandoulière, nous descendions l’escalier en ciseau, tel un troupeau de veaux excités à l’idée d’aller se dégourdir les pattes à l’extérieur après de longs mois encabané. Dehors, après seulement quelques minutes de marche, l’air sec et froid malgré le soleil, nous collait les narines. Mais qu’importe, pour les 15 prochains jours bien comptés, nous étions en congé des fêtes. Il faut dire que je n’habitais pas bien loin de l’école. Aussi, très tôt, dans le tournant de la route, je pouvais apercevoir mon grand frère occupé à pelleter la neige pour consolider le fortin que nous étions à construire. De retour du pensionnat depuis deux jours, il était manifestement heureux d’être de retour parmi nous pour cette période toute spéciale de l’année.




Sans plus attendre, j’ai déposé mon sac par terre. «Salut m’man, je retourne dehors». Cela n’a pas pris beaucoup de temps, que nous nous retrouvions sept inséparables à travailler dans nos fortifications. En effet, comme l’an passé, on se proposait de construire deux abris de combat, situés à distance de propriétés voisines. Nous pouvions ainsi former deux équipes, qui s’affrontaient le temps d’une rixe préméditée, pour les besoins du jeu. Afin d’assurer une solidité accrue aux abris de combat, nous avions pensé à un moyen fort ingénieux. Nous allumions un feu à l’intérieur de l’enceinte. La chaleur dissipée faisait fondre les murs intérieurs et glaçait les parois, assurant ainsi une durée de vie à ces ouvrages pendant une bonne partie de l’hiver. Le soleil était couché depuis un bon moment lorsque nous sommes rentrés pour souper. Les joues chaudes de froid picotaient notre épiderme rougi de santé; mais ô! Tellement heureux de songer que nous étions à seulement 24 heures de la veille de Noël.

Le lendemain, probablement causé par l’énervement, je fus le premier éveillé. Les yeux grands ouverts, je balayais du regard la pièce que je partageais avec mon frère ainé. Nous habitions un cottage où nous dormions à l’étage. Mes parents ont aménagé dans cette maison avec l’intention de finaliser eux-mêmes une partie de la construction. Mais comme nous étions de milieu ouvrier, et que notre famille était composée de quatre frères et cinq sœurs, ce fut assez long avant que les travaux de finition ne se fassent, priorité de dépenses oblige. Ainsi, lorsque j’étais en bas âge, tout l’étage était partagé en quatre avec de grands morceaux de tissus bleus marines opaques suspendus, qui adonnaient sur un corridor commun central menant à l'escalier de chêne verni. Les murs extérieurs, le plancher et le plafond en appentis étaient recouverts en planches de bois d’épinette lambrissée. Ce qui donnait une apparence modeste et plutôt rustique à la maison.



Au réveil, tôt le matin, on descendait rapidement l’escalier pour aller se réchauffer sur l’unique bouche d'air pulsé de la fournaise à l’huile, installée au niveau du rez-de-chaussée. Nous passions de longues minutes debout sur la grille à nous bousculer en geignant encore endormis, partageant cette unique source de chaleur localisée dans la cuisine, pièce centrale de la maison. L’air chaud soufflé qui s’engouffrait dans nos pattes de pyjamas, les gonflait telles des montgolfières et nous confortait d’une douce chaleur. Comme beaucoup de maisons bâties après la Grande Guerre, autour de la cuisine gravitait le salon, le garde-manger, la chambre des parents, la cage d’escalier, la salle de toilette, la cuisinette et une pièce de rangement. Les chambres d’enfants étant à l’étage. Ce matin, j’étais donc le premier debout. Aussi, après une halte rapide au dessus de la grille de la fournaise, je me dirigeai vers le salon.






La crèche peinte en vert que mon père avait fabriquée avec des pièces de bois et du verre assorti de collants d’étoiles et de séraphins, était couverte d’un toit décoré de papier crêpé imitant une roche grisâtre nervurée d’un celant plus pâle, et reposait sous le sapin paré de milles artifices. D’une année à l’autre, je ne me lassais jamais d’admirer cet arbre majestueux rempli d’une multitude de lumières aux couleurs vives de l’arc-en-ciel, de nombreuses décorations aux formes variées de boules glacées et colorées, de gouttes d’eau stylisées allongées, d’étoiles scintillantes, d’anges ailés, d’oiseaux multicolores et de glaçons brillants d'aluminium argentés. Moulés dans le plâtre et peints à la main, tous les personnages principaux de la nativité complétaient la scène, à l’exception du petit Jésus en cire. On y voyait Marie recueillie, les mains croisées posées sur sa poitrine, et Joseph agenouillé, s’appuyant sur son bâton de pèlerin, le regard attendri, tous deux tournés vers le berceau rempli de paille jaune à ras bord. Deux bergers, l’un debout portant un agneau sur ses épaules et l’autre accroupi en prière, quelques moutons laineux ainsi que les rois mages prosternés, offrant la myrrhe, l’or et l’encens, se tenaient en retrait de la scène. Sans oublier le bœuf couché et l’âne, bien campé sur ses pattes, qui ruminaient relaxant près de la mangeoire laquelle faisait office de berceau. Et comme il était de coutume, chez nous, l’enfant Jésus était absent du décor. Mon père, un homme plutôt rationnel et taciturne, ne laissait pas beaucoup de place à la rêverie et à l’imaginaire. Pourtant, il accordait une grande importance à la mise en scène de l’enfant Jésus, qui était déposé dans son berceau seulement lorsque l'horloge sonnait les 12 coups de minuit dans la nuit de Noël. C’était sans doute sa façon à lui d’exprimer son émerveillement et sa foi de catholique pratiquant.


Nous avions comme consigne de ne pas illuminer l’arbre de Noël sans la présence de nos parents. C’était sans doute causé par la peur du feu. Mais je me plais à penser, que peut-être souhaitaient-ils que l’on conserve ainsi un souvenir inoubliable, quoique nostalgique, de cette nuit de rêve, en réservant l’illumination du sapin pour ces moments magiques et solennels. Dans un sens, cela a peut-être du vrai. Il fut un temps la pauvreté des gens ainsi que la production limitée des biens de consommation étaient telles, que les journées spéciales revêtaient un caractère sacralisé qui se refléta dans notre manière de vivre. Lorsque l’on grandit en sachant que nous porterons des vêtements raccommodés ou recyclés et que les souliers de l’ainé devront bien faire l’affaire, s’ils ne sont pas brisés, même si défraichis, il était normal de réserver pour le dimanche, journée obligatoire de repos décrétée par notre sainte mère l’Église, et pour les festivités, nos plus beaux habits et notre meilleure bouffe. Par la suite est venue l’abondance. Il en résultait pour une majorité d’entre nous, que les vêtements de qualité et les repas variés sont devenus monnaie courante dans la vie de tous les jours. Ce fut le temps de l’opulence. Le temps où s’endimancher n’avait plus la même signification.

Cela n’a pas tardé, Maman était déjà debout. Elle savait bien que cette veille de Noël serait une journée très chargée. Et comme à l’habitude, elle profitait de ce moment en se levant encore plus tôt pour entreprendre les tâches ménagères qui naturellement lui étaient dévolues. Ainsi, comme tous les matins que le Bon Dieu amène, comme elle le disait si bien, elle s’affairait autour de la laveuse à linge pour faire une brassée. Après un premier cycle de lavage à l’eau savonneuse, elle prenait le linge lavé pour le passer dans le tordeur. Deux rouleaux beiges en caoutchouc dur, accolés l’un contre l’autre à l’horizontale au dessus de la cuve de la laveuse, et qui tournait en sens contraire. La pression exercée sur le linge trempé que l’on y insérait faisait en sorte que celui-ci, essoré, était prêt pour la prochaine étape du rinçage. Celui-ci était essoré à nouveau, de la même manière, avant d'être suspendu pour sécher à l'extérieur. Durant les mois d’hiver, le linge raidi par le gel était rentré et finissait de sécher dans nos chambres à l'étage. Pour cela, parallèles aux draps séparateurs, étaient accrochées des cordes en rangée où était suspendu le linge humide. Cela vous donne une idée de l’environnement dans lequel nous avons grandi. Tous les jours, le même scénario se répétait. Heureusement, elle se faisait aider les fins de semaine par mes sœurs les plus âgées, en excluant l’essorage, cette étape étant jugée trop dangereuse par mes parents. Après le lavage, elle s’affairait dans la cuisinette pour préparer le déjeuner. Comme c’était congé d'école pour tous, mes sœurs aînées devaient participer aux travaux ménagers. Quant à nous, les garçons, nous devions aider à l’entretien de la maison en accomplissant les tâches plus costaudes, comme pelleter l’entrée de cour. Nos tâches ménagères se limitant plutôt à sortir les poubelles et essuyer la vaisselle. Je me souviens, comme toutes les veilles de Noël, la pression était très haute, et lorsqu’elle passait la mope sur le plancher, on l’entendait de sa voix agacée, nous crier : « Passes pas dans mes tas de poussière, scram qu’elle nous criait. » Ou bien encore : « Évade de là. Voulez-vous bien, aller jouer ailleurs. » Nous savions que nous avions intérêt à nous effacer. Question de faire baisser un peu la pression.







Entre temps, j’ai assisté à une conférence en novembre 2011 dont le sujet traitait de l’aspect historique des crèches dans le cadre de la naissance de Jésus. Conférence donnée par Monsieur Rodolfo Felices Luna,  doctorant en théologie de l’université de Sherbrooke. Celui-ci nous fit la démonstration que la nativité telle que véhiculée par la tradition chrétienne ne reposait que sur les dires de l’apôtre Luc, ses congénères Paul, Marc, Jean et Mathieu ayant une version beaucoup plus conventionnelle de la naissance et de l’enfance du Christ.

mercredi 7 décembre 2011

Ah ben, cé le comble!


Le comble du hasard, c’est…
Prendre conscience qu’à la suite d’une période indéterminée, 13 729 800 000 années ont été nécessaires pour que soient créés les atomes et que s’organisent les molécules élémentaires évoluant vers notre ancêtre direct, Homo sapiens, vieux de 200 000 ans.

Le comble de la Foi, c’est…
L’Homme qui espère, depuis la préhistoire, obtenir pour l’éternité une hypothétique place au paradis moyennant une bonne conduite lors d’un séjour approximatif de 80 ans sur Terre, soit l’équivalent en durée à l’échelle de l’Univers d’une journée sur une période de 469 884 ans.

Le comble de la sagesse, c’est d’accepter que la Foi puisse être de l’opportunisme, de la crédulité, ou de la naïveté.

dimanche 4 décembre 2011

La Vérité est dans la connaissance.


Dans l’Antiquité l’Homme au sommet de son cheminement philosophique, proclamait : « In vino, Veritas ». Aujourd’hui, l’Homme doit savoir que « La Vérité est dans la connaissance ». Certains prétendront à tort que la Vérité n’existe pas. Qu’il n'existe qu’une vérité à la carte dont chacun peut se prévaloir et en revendiquer la légitimité. Il faut se rendre à l’évidence que ces hommes sont dans l’ignorance et dans l’erreur.

L’Église dans son autoritarisme a prôné sa vérité à travers les siècles. C’est ainsi qu’à ses moments les plus sombres elle a imposé dans le cadre de l’Inquisition ses croyances et ses convictions par la persuasion, coercitive au besoin. Lorsque cela ne convainquait pas, elle imposait ses dogmes et ses croyances par le châtiment. Ainsi on a assisté en 1600 à la condamnation de Giordano Bruno, lequel a brûlé vif sur le bûcher le 17 février de la même année, que l’on a puni pour avoir prétendu que Dieu avait créé des mondes autres que le monde terrestre. En effet, « sur la base des travaux de Nicolas Copernic et Nicolas de Cues, il a montré, de manière philosophique, la pertinence d'un univers infini, peuplé d'une quantité innombrable de mondes identiques au nôtre. Accusé d'hérésie par l'Inquisition, notamment pour ses écrits jugés blasphématoires et son intérêt pour la magie, il a été condamné à être brûlé vif au terme de huit années de procès» (Wikipédia). Il refusa de renier ses convictions et il périt dans les flammes. Meurtre, hypocrisie, intolérance, opiniâtreté et fermeture d’esprit de la part de certains théologiens de l’Église catholique.

Quelques années plus tard, Galileo Galilei, grand penseur, philosophe du XVIIe siècle confirmait que la Terre tournait autour du Soleil. Affirmation produite à la suite de la découverte du relief de la Lune ainsi que de la révolution des lunes de Jupiter qu’il observa dans sa lunette astronomique. Ce qui dérangea grandement la très sainte mère l’Église laquelle appuyait l’enseignement séculaire d’Aristote à l’effet que la Terre était le centre de l’Univers autour de laquelle révolutionnaient les astres du ciel. Le tout se révélant en harmonie avec l’enseignement de la Bible qui plaçait l’Homme au centre du monde. Confronté également au tribunal de l’Inquisition, Galilée a dû abjurer ses convictions découlant de ses connaissances acquises par l’observation du ciel basée sur des méthodes scientifiques. C’est ainsi que le 22 juin 1633, au couvent dominicain de Santa-Maria, la sentence est rendue : Galilée est condamné à la prison à vie, peine immédiatement commuée en résidence à vie par le pape, son ami Urbain VIII, et son ouvrage est interdit. Quoique probablement apocryphe, sa déclaration: « Eppur si muove – et pourtant elle tourne (…sur elle-même et autour du Soleil) », confirme, s’il en est, que Galilée croyait envers et contre tous qu’il savait détenir la Vérité. Mais devant la menace de souffrances annoncées, il a préféré abjurer ses convictions. Duplicité, hypocrisie, intolérance, opiniâtreté et fermeture d’esprit de la part de l’Église catholique.
Celle-ci a corrigé sa turpitude et son iniquité envers Galilée près de 4 siècles plus tard en la personne du pape Jean-Paul II qui a déclaré le 31 octobre 1992 que :  « Si l’Écriture ne peut errer, certains théologiens du XVIIe siècle étaient dans l’erreur». Cela démontre bien que la Vérité puisse être et ultimement triompher. Cette Vérité unique, universelle ne sera pourtant atteinte que lorsque l’Homme aura acquis par l’instruction et le savoir, la connaissance universelle. La Terre ne tourne-t-elle pas autour du Soleil pour tout le monde, pour chacun d’entre nous? Henri Poincaré écrivait dans « La science et l’hypothèse », en 1902, que « L’expérience est la source unique de la vérité : elle seule peut nous apprendre quelque chose de nouveau; elle seule peut nous donner la certitude. Voilà deux points que nuls ne peut contester.»
C’est la connaissance de l’Homme et de son Univers qui lui permettra d’acquérir la sagesse nécessaire pour abattre les monstres de son ignorance et confirmer hors de tout doute qu’« In scientiam, Veritas ».


François Langlois